Réponse reçue par l’ACPPD à sa question au Feuilleton sur l’Initiative de Muskoka

Le 31 mars 2015, à titre de présidente de l’Association canadienne des parlementaires pour la population et le développement, la députée Rathika Sitsabaiesan a fait inscrire au Feuilleton une question sur les montants investis dans le cadre de l’Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, en particulier au chapitre de la santé génésique et de la planification familiale.

Tout député faisant inscrire une question au Feuilleton peut demander qu’il y soit répondu dans les 45 jours, y compris oralement (jusqu’à concurrence de trois questions).

La réponse que l’honorable Christian Paradis, ministre du Développement international, a fait parvenir à la députée Sitsabaiesan le 25 mai 2015 indique notamment :

  • Dans le cadre de l’initiative de Muskoka de 2010-2015 :
    • 103,3 millions de dollars ont été consacrés à la planification familiale;
    • dont 85,4 millions de dollars à la santé génésique en particuler;
    • le ministère des Affaires étrangères. du Commerce et du Développement (MAECD) n’utilise pas le code Comité d’aide au développement (CAD) sur les organisations des droits de la femme dans ses rapports, puisqu’il est trop général.
  • Le Canada reconnaît le besoin de concentrer ses efforts sur l’amélioration des résultats en matière de santé des mères et des enfants (d’avant la drossesse jusqu’à l’enfance), comme en témoigne le nouveau financement de 3,5 milliards de dollars consacré à l’initiative “Sauvons chaque mère, chaque enfant”. Les affectations précises pour la planification familiale et les soins de santé génésique n’ont pas encore été definies.
  • Le Canada est déterminé à faire progresser les mesures collectives concernant un large éventail d’objectifs complète de soins de santé génésique, y compris des services de planification familiale volongaire, et la réduction de la mortalité des mères, des nouveau-nés et des enfants. Le MAECD soutient ces meesures par sa promotion des grossesses sécuritaires et de la santé maternelle, l’accès à des services de planification familiale, la réduction du fardeau des infections transmissibles sexuellement, dont le VIH et le sida, la prévention des mariages d’enfants, des mariages précoces et des mariages forcés, la prévention de la mutilation des organes génitaux de la femme, ainsi que la promotion des droits des femmes et des filles en général. Les dépenses du MAECD dans le secteur de la santé se fondent sur les priorités définies dans les plans de santé nationaux des pays bénéficiaires. Les activités de planification familiale constitutent un élément d’une stratégie à plus grande échelle sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE).
  • Le Canada appuie une gamme d’initiatives liées à la planification familiale et la santé génésique, dont certaines peuvent être mises en oeuvre dans des zones de conflit. Cependent, le MAECD ne fait pas le suivi de ses décaissements de la façon demandées.
  • Le Canada appuie une gamme d’initiatives liées à la planification familiale et la santé génésique, nombre d’entre elles contribuent aux efforts mondiaux visant à mettre fin aux mariages d’enfants, aux mariages précoces et aux mariages forcés. Cependent, le MAECD ne fait pas le suivi de ses décaissements de la façon demandée.

Depuis le 1er janvier 2015, le Canada avait dépensé 2,86 G$ des sommes engagées pour l’Initiative de Muskoka, dont 17,9 M$ (0,69 %) pour la planification familiale et 3 % pour la santé génésique. À titre comparatif, les États-Unis d’Amérique ont budgétisé un total de 610 M$ pour ces deux secteurs pour la seule année 2015.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la promotion de la planification familiale et l’accès des femmes et des couples aux contraceptifs de leur choix sont essentiels tant à l’autonomisation et au bien-être des femmes qu’à la santé et au développement des communautés. Une gamme complète de services de santé sexuelle et génésique, dont la contraception, est une composante du droit à la santé. L’Institut Guttmacher est d’avis que si toutes les femmes souhaitant éviter une grossesse avaient accès à des contraceptifs modernes, et si toutes les femmes enceintes et les nouveau-nés étaient soignés selon les normes de l’OMS, les bénéfices qui en découleraient seraient incalculables. Cependant, les défis demeurent puisque les 290 000 décès maternels qui surviennent chaque année sont la deuxième principale cause de mort chez les adolescentes de 15 à 19 ans.

Il en coûterait 9,4 G$ pour satisfaire tous les besoins actuels en contraception, mais l’accès universel à des services de santé sexuelle et génésique dégagerait un rendement de 120 $ pour chaque dollar investi et des bénéfices annuels de près de 400 G$.

Question numéro 1142: En ce qui concerne les dépenses du gouvernement en matière de droits de la femme et de santé sexuelle et génésique dans le cadre de l’aide au développement : a) dans le cadre de l’Initiative de Muskoka 2010-2015 (l’Initiative), combien de financement a été accordé précisément pour (i) la planification familiale, (ii) la santé génésique, (iii) aux organisations des droits de la femme; b) quel pourcentage du financement de 3,5 milliards de dollars supplémentaires annoncé dernièrement pour l’Initiative « Sauvons chaque femme, chaque enfant » de 2015-2020 sera consacré à la planification familiale et aux soins de santé génésique; c) comment le gouvernement respectera-t-il son engagement à consacrer au moins 10 % de l’aide publique au développement à la santé sexuelle et génésique, comme il a été convenu en 2012, à la Conférence internationale des parlementaires sur la mise en œuvre du Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement; d) quel est le montant total engagé précisément pour la planification familiale et les soins de santé génésique sous l’égide des dépenses du gouvernement qui a été consacré au dossier de la violence faite aux femmes dans les zones touchées par un conflit; e) quel est le montant total engagé précisément pour la planification familiale et les soins de santé génésique sous l’égide des dépenses du gouvernement qui a été consacré aux dossiers du mariage d’enfants, du mariage précoce et du mariage forcé?

Cliquez ici pour lire le texte intégral de la réponse du ministre


[1] https://www.guttmacher.org/pubs/AddingItUp2014-summary.html [2] https://www.guttmacher.org/pubs/AddingItUp2014-summary.html [3] http://icpdtaskforce.org/wp-content/uploads/2015/01/FinancingBriefSmartInvestments2015.pdf and http://www.copenhagenconsensus.com/sites/default/files/population_assessment_-_kohler_behrman_0.pdf