Press advisory for event taking place on Parliament Hill – “Women’s voices on early and forced marriage” / Annonce à l’attention des médias pour événement au Parlement du Canada “Mariages précoces : voix des femmes”

(Le français suit).

MEDIA ADVISORY

FOR IMMEDIATE RELEASE

Early and forced marriage:

Women’s Voices

Ottawa, Wednesday, November 19, 2013 – As part of its “My Body, My Rights” campaign, Amnesty International Canada francophone, is teaming up with the Canadian Association of Parliamentarians on Population and Development (CAPPD) and Action Canada for Population and Development (ACPD) to host an event on early and forced marriage for parliamentarians and the public.

Each year, ten millions girls marry before they turn 18:  this has serious consequences for their human rights.  They do not choose their husbands; they may never have even seen them before.  Deprived of their childhood, these brides are often married to much older men.  The consequences? Sexual violence, dropping out of school, early pregnancies resulting in birth-related complications or even death, high levels of child mortality, depression and poverty.

Currently, there are about 67 million young wives between the ages of 20 and 24 who were married before they turned 18.  Of these, one in nine was married before the age of 15. At this rate, more than 142 million child marriages will take place over the next ten years, resulting in close to 40,000 marriages each day.

Born in Algeria, Ms. Samia Sharrif will share her personal experience on child marriage, while Salma, from India, will talk about the situation in her country.  The evening will start with opening statements from MP Sadia Groguhé, Vice-Chair of CAPPD, and end with closing remarks from MP Rathika Sitsabaiesan, Chair of CAPPD.

“We are glad to be able to join forces with civil society advocacy groups and parliamentarians to further discuss the issue of child marriage,” said Béatrice Vaugrante, Executive Director of Amnesty International Canada francophone. “We are particularly encouraged by the discussions on how Canadians can contribute to greater respect and protection of human rights within such marriages.“

“ACPD also welcomes Canada’s commitment to address the issue, but recognizes that it must come with greater investment in women’s organizations and strategies to reform laws and policies that permit marital rape, or limit married young women and girls’ access to critical health services, including those related to their sexual and reproductive health,” highlighted Sandeep Prasad, Executive Director of ACPD.

“It is crucial that Canadian parliamentarians work together to end early marriage around the world. As Chair of CAPPD, I am excited to be working with Amnesty International and ACPD to bring together women with lived experience and knowledge so we can learn more about this human rights crisis and let girls have their childhood,” said MP Rathika Sitsabaiesan.

Early and forced marriage: Women’s Voices

Date:  Wednesday, November 20, 2013

Time:  from 6 p.m. to 8:30 p.m. (cocktails at 6 p.m., followed by a roundtable)

Place:  131 Queen Street, Room 8-53

Parliament of Canada, Ottawa, ON

***

Winner of the 1977 Nobel Peace Prize, Amnesty International is a global organisation whose members, men and women, advocate for human rights.  Independent from any government, political suasion, economic interest and religion, Amnesty International numbers three million members in 150 countries, all fighting for freedom, dignity and justice on behalf of those people who need it.

ACPD is a non-profit advocacy organization that seeks to enhance the quality of life of women, men and young people by promoting progressive policies in the field of human rights and international development with a primary focus on reproductive and sexual rights and health.

– 30 –

Further information:

Anne Sainte-Marie
Media Relations
Amnesty International Canada (francophone section)
(514) 766-9766, extension 230 / Cell:  (514) 268-4983
aste-marie@amnistie.ca

Sarah Kennell
Policy and Communications Officer
Action Canada for Population and Development
(613) 562-0880, extension 5 / Cell:  (613) 301-3716
sarah@acpd.ca

ACPD LogoCAPPD logo
Amnestie Internationale Canada francophone

_________________________________

ANNONCE À L’ATTENTION DES MÉDIAS

 MARIAGES PRÉCOCES :

voix des femmes

Soirée de témoignages

 

Montréal, le mardi 19 novembre 2013 – Dans le cadre de sa campagne « J’aime mon corps, j’aime mes droits », contre les mariages d’enfants, Amnistie internationale se joint à l’Association canadienne des parlementaires pour la population et le développement (ACPPD), et à Action Canada pour la population et le développement (ACPD) pour présenter aux parlementaires et au public un événement portant sur le mariage précoce.

Chaque année, dix millions de filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, ce qui a de graves conséquences pour leurs droits. Mariées à des hommes qu’elles n’ont pas choisis, parfois même jamais vus, et qui sont souvent bien plus âgés qu’elles, elles sont privées de leur enfance. Les conséquences? Des violences sexuelles, la déscolarisation, des grossesses précoces menant fréquemment à des complications à l’accouchement et même la mort, une mortalité infantile importante, la dépression et la pauvreté.

À l’heure actuelle, on dénombre environ 67 millions de jeunes femmes de 20 à 24 ans qui étaient déjà mariées à l’âge de 18 ans. Parmi elles, une fille sur neuf est mariée avant son 15e anniversaire. Si cette tendance se maintient, plus de 142 millions de filles s’ajouteront à ce nombre au cours des dix prochaines années, c’est-à-dire près de 40 000 filles par jour.

Madame Samia Sharrif, d’origine algérienne, partagera son expérience personnelle concernant les mariages d’enfants et Salma, d’origine indienne, parlera de la situation en Inde. La soirée sera lancée par la députée Sadia Groguhé, vice- présidente de l’ACPPD. La députée Rathika Sitsabaiesan, présidente de l’ACPPD, prononcera le mot de clôture.

« Nous sommes heureuses de cet effort conjoint entre des organisations de la société civile et des parlementaires pour en apprendre d’avantage sur la question du mariage précoce, » souligne Béatrice Vaugrante, directrice générale d’Amnistie internationale Canada francophone. « Nous sommes surtout encouragées par les discussions sur les moyens par lesquels les Canadiennes et Canadiens peuvent contribuer à un plus grand respect et à la protection des droits humains que cette pratique bafoue. »

« ACPD félicite également l’engagement du Canada sur cette question, mais le pays doit inclure des investissements pour les organisations féministes et des mesures pour réformer des lois qui permettent le viol conjugal ou limitent l’accès des jeunes femmes mariées aux services de santé essentiels, y compris ceux liés à leur santé sexuelle et reproductive, » a déclaré Sandeep Prasad, directeur exécutif d’ACPD.

Pour Rathika Sitsabaiesan, présidente de l’ACPPD « Il est crucial que les parlementaires canadiens travaillent de concert pour que cessent les mariages d’enfants partout à travers le monde. Comme présidente de l’Association canadienne des parlementaires pour la population et le développement, je suis heureuse de travailler avec Amnistie internationale et Action Canada pour la population et le développement pour écouter des femmes dont l’expérience personnelle et les connaissances nous permettront de mieux comprendre ces violations des droits humains. Laissons les filles vivre leur enfance. »

MARIAGES PRÉCOCES : voix des femmes

Date : le mercredi 20 novembre 2013

Heure : 18 h – 20 h 30 (cocktail de 18 h à 18 h 30, suivi d’une table ronde)

Lieu : pièce 8-53, au 131, rue Queen

Parlement du Canada. Ottawa, ON

***

Prix Nobel de la paix en 1977, Amnistie internationale est un mouvement mondial d’hommes et de femmes qui militent pour le respect des droits humains, indépendant de tout gouvernement, de toute idéologie politique, de tout intérêt économique et de toute religion. Plus de trois millions de militants à travers 150 pays agissent pour la liberté, la dignité et la justice de ceux qui en sont privés.

ACPD est un organisme de défense à but non lucratif qui vise à améliorer la qualité de vie des femmes, des hommes et des jeunes par la promotion de politiques progressistes dans le domaine des droits humains et du développement international avec un accent mis sur les droits et la santé sexuels et reproductive.

– 30 –

Pour information :

Anne Sainte-Marie
Responsable des communications
Amnistie internationale Canada francophone
514 766-9766, poste 230 / Cell : 514 268-4983
aste-marie@amnistie.ca

Sarah Kennell
Agente des politiques et des communications
Action Canada pour la population et le développement
613 562-0880, poste 5 / Cell : 613 301-3716
sarah@acpd.ca